Imprimer

Couloir Schneit


schneit couloir  800

  Achille SCHNEIT : Un peintre du Second Empire qui a transmis le goût de l’art aux futurs créateurs du Musée : DEGOIX et GARIEL

   Le Général baron d’Empire Pierre Henry SCHNEIT vient à Avallon avec sa famille en 1848 après les « Journées de Juin ». Son fils Achille SCHNEIT (Paris 1810 – Avallon 1886)   l’accompagne.

   Il entre à 15 ans dans l’atelier du graveur Charles MÜLLER. Élève de COUDER et de PICOT, il connaît de nombreux artistes dont LAEMLEIN, GODEFROY, et le peintre Isidore    PILS, son ami. Il expose au Salon de 1843 à 1861. Il enseigne le dessin et donne des leçons dans tous les établissements d’instruction d’Avallon.

   Il restaure les peintures murales de la salle des Échevins de la Tour de l’Horloge qui est inaugurée le 22 avril 1863 à l’occasion de la création et de l’installation du musée de la    Société d’Études d’Avallon.

  Il prescrit à ses élèves de reproduire, en les réduisant aux dimensions d’une toile de 0.30 sur 0.40 m, les tableaux célèbres des musées. Quelques unes de ces réductions dues  au pinceau de SCHNEIT sont dans ce couloir, ainsi que des œuvres originales, ou des copies, faites par ses amis, COUDER, LAMI, LENEPVEU, Édouard et Isidore PILS.

   Parmi les autres habitués de l’atelier, Edmond COMPAGNOT, Henri RAVISY, ses derniers élèves Léon DEGOIX - qui fera entrer au musée un grand nombre d’œuvres de  SCHNEIT et de ses amis - et Gaston PAQUEAU.

 

800 schneit 1800 schneit 13800 schneit 36800 schneit 273

 

Édouard PILS (1823-1852) :

Frère d’Isidore PILS.

Isidore (Alexandre Augustin) PILS (Paris 1813 - Douarnenez 1875)


Prix de Rome en 1838.

D’abord peintre de sujets religieux, il réalise des tableaux à sujet militaire dès 1848 avec « Le passage de la Bérésina » et en 1849 avec « Rouget de L’Isle chantant pour la première fois la Marseillaise ».

NAPOLÉON III lui commande plusieurs tableaux (peintures à Sainte-Clotilde et à Sainte-Eustache, plafond de l’escalier du nouvel Opéra).

Il figure au Salon de 1846 à 1875.

Il est professeur à l’école des Beaux-Arts depuis 1863.

Son père, le grenadier PILS, est connu pour son « Journal de Marche », illustré de ses dessins, publié par R. de CISTERNES, chez OLLENDORF (Paris, 1895).

 

Alexandre LAEMLEIN (Hoenfeld, 9 décembre 1813 - Pontlevoy (Loir et Cher, 1871)

Il se consacre d’abord à la peinture puis à la lithographie.

 

Louis-François GODEFROY, ancien professeur de dessin à Pont-le-Roy.

Il exécute des décors d’Opéra, des plafonds, des attiques chez des particuliers (hôtel Rotschild).

 

Une contemporaine de SCHNEIT, Louise FREUDENTHAL (Avallon, 1844-1892)

Institutrice, professeur de piano et artiste peintre.

Morte accidentellement à 48 ans.

(La sœur de Louise, Eléonore, est la grand-mère d’un important donateur des années 2000, Bernard MORICARD, originaire d’Annay-la-Côte).

Collections permanentes

  • An Image Slideshow
  • An Image Slideshow
  • An Image Slideshow
  • An Image Slideshow
  • An Image Slideshow