Imprimer

Expositions en cours

EXPO FLASH

Le silence de la musique

du 13 juillet au 4 août


Le "Silence de la Musique", voici un oxymore parfait. 

La musique n'est pas silencieuse par nature, mais par nature elle procure du plaisir pour celui qui la joue comme pour celui qui l'écoute. Une exposition d'oeuvres est par nature silencieuse et par nature elle doit procurer du plaisir.

Surtout dans un musée. Avez-vous déjà observé que les visiteurs ont tendance à se déplacer sans bruit, se chuchotant des commentaires à l'oreille. 

La musique peut s'écouter pour elle-même. Elle participe ou accompagne des événements, des rituels; elle rassemble, délivre des messages. Elle ne répond à aucune obligation. Elle suscite des émotions plus ou moins intenses en fonction des contectes dans lesquels elle est jouée, de la qualité des musiciens qui l'interprètent et des oreilles qui l'écoutent. 

Faut-il absolument un instrument pour produire de la musique ?

La voix est-elle un instrument ?

Faut-il absolument être bien entendant pour écouter de la musique ?

Il existe des pianos muets, des pianos dont seul le clavier permet au pianiste d'exercer ses doigts, ses mains, sa mémoire, n'entendant les notes et la musique produite que dans sa tête. Comme Beethoven en somme qui a su composer plusieurs oeuvres alors qu'il était sourd. 

La musique peut être écrite sur des partitions, elle peut également se transmettre oralement. Elle nous entre parfois dans la tête à l'insu de notre plein grés, de notre pleine conscience. Les publicitaires savent trés bien cela. 

On ne saurait dater les débuts de la musique. Universelle, elle semble avoir existé partout sur le globe, différente en fonction des lieux et des époques : la musique quel qu'elle soit fait partie de la culture de chacun, où qu'il soit. 

A travers la représentation d'un instrument de musique, l'artiste évoque un son, une ambiance, une émotion. 

affiche expo_silence_musique_reduit



















Néandertal dans tous ses états 

  

L’exposition « Néandertal dans tous ses états » sera présentée au Musée de l’Avallonnais Jean Després, à Avallon, du 9 février au 30 septembre 2019. Elle a été réalisée grâce aux prêts d’objets du Muséum d’Auxerre qui a présenté une exposition sur cette même thématique en 2018. Le Musée de Préhistoire d’Ile de France basé à Nemours et le Centre Eden de Cuisery rattaché au département de Saône-et-Loire ont également prêté des objets, des illustrations et des animaux naturalisés. Le service régional de l’archéologie de la DRAC Bourgogne-Franche-Comté et quelques particuliers ont contribué à l’enrichissement de cette présentation par le prêt d’outillage lithique.

Le musée de l’avallonnais a profité de cette occasion pour sortir de ses réserves de nombreux objets de ses propres collections : des outils en pierre néandertaliens et des fossiles d’ossements d’animaux contemporains de Néandertal provenant d’Avallon et de ses alentours (Arcy-sur-Cure, Sauvigny-le-Bois, Noyers…), des animaux naturalisés, diverses œuvres graphiques et maquette des grottes d’Arcy-sur-Cure et Saint-Moré.

Pour le contenu scientifique des textes, le musée a pu compter sur l’équipe d’Ethnologie Préhistorique de l’UMR (unité mixte de recherches) 7041 du CNRS et sur Yves Pautrat du Service régional de l’Archéologie de la DRAC Bourgogne-Franche-Comté.

Le musée de l’avallonnais a assuré l’entièreté de la rédaction des textes, la conception et la muséographie de l’exposition.

Les services techniques de la ville ont effectué les travaux préliminaires indispensables, permettant ainsi un renouveau des salles d’expositions temporaires.

image frise

PARCOURS DE L’EXPOSITION

SALLE 1 – De « Toumaï »  à Homo sapiens

L’exposition « Néandertal dans tous ses états » a pour objectifs de présenter les principaux résultats des études récemment entreprises sur l’Homme de Néandertal, grâce aux nouvelles technologies de recherche, notamment celles développées à partir des possibilités offertes par l’ADN. C’est ainsi que les 350 000 ans de son existence sont examinés à la loupe, donnant de Néandertal une vision totalement renouvelée par rapport à ce que le XIXème et même le XXème siècle pensaient de lui.

L’exposition associe la rigueur des données scientifiques et la présentation d’objets rarement proposés au regard du public.

C’est ainsi que la présentation de plusieurs moulages de crânes est l’occasion de s’arrêter sur ce que l’on connait aujourd’hui de la place de Néandertal dans l’évolution de la lignée humaine et celle de son successeur Homo sapiens, NOUS, en somme. Les analyses de l’ADN de Néandertal ont mis en évidence des similitudes physiques et psychiques entre lui et nous.

Nous ne sommes finalement pas si différents l’un de l’autre d’autant que les Homo sapiens d’aujourd’hui possèdent entre 1 et 4 % de gènes communs.

SALLE 2 – Vie et Œuvre de Néandertal

image vitrine_animaux

Les thèmes abordés dans la seconde partie de l’exposition, replace Néandertal dans son environnement en indiquant les aléas climatiques auxquels il a su s’adapter. Aux périodes glaciaires et tempérées successives se sont également adaptés les végétaux et les animaux dont plusieurs espèces aujourd’hui éteintes, mammouth, rhinocéros laineux, ours des cavernes, etc. Les ossements fossiles de plusieurs espèces animales disparues illustrent la faune d’alors. Ils sont issus des fouilles réalisées notamment dans les grottes d’Arcy-sur-Cure et de Saint-Moré.

La visite se poursuit par l’évocation du menu de Néandertal. Loin d’être un individu fruste se nourrissant de viande, il apparait comme un cueilleur –chasseur, omnivore : son alimentation, identifiée grâce à l’analyse du tartre prélevé sur des dents de squelettes néadertaliens était variée. Maîtrisant le feu, il pouvait faire cuire la viande, le poisson, les végétaux. Vivant en petits groupes semi-nomades, il s’établissait à l’entrée des grottes dans les abris-sous-roche, montant des campements de plein-air lors de ses migrations.

Les capacités de Néandertal s’expriment également à travers son industrie lithique dont les résultats sont exposés dans les vitrines : bifaces, racloirs, pointes, etc. C’est un habile artisan qui connaît bien ses matières premières, silex, chaille, etc. et pense à ses outils avant de les fabriquer, les produisant avec soin et méthode.

La société néandertalienne est une des autres thématiques abordées dans cette exposition. Probablement doué de la parole il organise sa société. Il est doté d’une capacité d’abstraction, prend soin des membres de son groupe blessés, de ses morts. Certaines découvertes sur des sites néandertaliens telles que de l’ocre jaune ou rouge ou une installation de stalagmites au fond d’une grotte nous laisse perplexes. Nous ne pouvons que constater la volonté de Néandertal d’exprimer une pensée sans en connaitre la signification.

L’exposition recense les sites occupés par les néandertaliens dans le département de l’Yonne et plus spécifiquement ceux se situant dans les environs d’Avallon. Les découvertes se rapportant à la période néandertalienne réalisées dans les grottes d’Arcy-sur-Cure et de Saint-Moré sont ainsi mises en lumière.

Enfin, l’exposition se conclue sur Homo sapiens, seul survivant du genre Homo.

 


 






 






 















 



 

  





 


 


 




 


 




 



 

 

 

 

 

 

 

  

 




 



 






                                                                                                                                                            

 

.

 

 

 

 


 




Expositions Temporaires

  • An Image Slideshow
  • An Image Slideshow
  • An Image Slideshow
  • An Image Slideshow
  • An Image Slideshow
  • An Image Slideshow
  • An Image Slideshow
  • An Image Slideshow
  • An Image Slideshow
  • An Image Slideshow
  • An Image Slideshow
  • An Image Slideshow
  • An Image Slideshow