Imprimer

Taoïsme

 

800.yp.mu.5C’est grâce à la religion Taoïste qu’il a lui-même étudiée, que le donateur, Jess POURRET, a compris l’importance du taoïsme dans la survie et la cohérence du peuple Yao. Cette religion leur a inculqué une structuration de leur conduite de vie, une culture religieuse qui les lie tous ensemble dans un seul but : rejoindre, grâce à leurs comportements, les âmes de leurs ancêtres au sein d’un paradis éternel.

Le Taoïsme comme philosophie de vie :
En effet, tous les Yao sont unis par le Taoïsme dont les divinités leurs servent de gouvernement et leur imposent des règles de conduites. Ces dieux sont rémunérés pour les services qu’ils rendent à la population (une monnaie est spécialement imprimée pour eux). Pendant plus de 1 300 ans, cette philosophie basée sur l’équilibre et l’unité leur a permis de vivre en harmonie avec la nature, de s’adapter à des environnements géographiques et humains.

Ni temple, ni église :
La Cérémonie taoïste se pratique dans la pièce principale de la maison du prêtre. Au cours de celle-ci, les participants peuvent soumettre des requêtes aux divinités. Pour devenir grand prêtre, l’initié suit de longues études onéreuses, les cérémonies sont donc payantes. Souvent elles font l’objet de dons en nature. Les Mien pratique un Taoïsme «réaménagé », il y a environ 1000 ans. Les Mun quant à eux, ont conservé des pratiques plus anciennes. Leurs rituels sont calligraphiés en dialecte chinois cantonais.

Un décor sacré :
Pour ces cérémonies publiques, le prêtre doit posséder obligatoirement des peintures, sur papier bambou, au nombre voulu par son rang dans la prêtrise. Chez les Mien, pour un grand prêtre la série de peintures compte 17 panneaux, 4 petits panneaux et un long « pont », plus des effigies peintes sur papier bambou dites « masques ». Chez les Mun, ils sont au nombre de 10 au minimum. Généralement, la date, la signature de l’artiste, le nom de commanditaire et le coût sont indiqués au dos du 7e panneau. L’ordre est toujours le même. Parmi ces panneaux, se trouvent les 3 divinités supérieures.

Un rituel virginal :
Les peintures sacrées sont réalisées par un peintre spécialisé – Yao ou Chinois, dans une pièce spécialement dédiée à cet effet, à l’extérieur de la maison. Les murs doivent être tendus de coton blanc immaculé et vierge de toute utilisation. Le peintre, pendant cette période de réalisation doit vivre seul, les relations sexuelles lui sont interdites tout comme la boisson.

800.yp.mu.6    800.yp.mu.7

 
Les Yao Mien et Mun et leur taoïsme :

Il est fort difficile de dire à quelle date les Yao Mien et Mun ont adopté la religion taoïste. Avant l’époque chrétienne, le taoïsme,le confucianisme et le bouddhisme étaient déjà les religions-philosophies pratiquées par les Chinois (Han).

Il est possible que les Yao l’aient adopté pendant les dynasties Tang (618-926). C’est aussi à cette époque qu’un des empereurs Tang a reconnu officiellement la spécificité non Han de cette minorité qui vivait dans le bassin sud du fleuve Yang Tse Kiang.

800 yh 3

Pour ce faire, il créa un document officiel, un édit, appelé la « Charte de l’empereur Ping », en chinois « Guo Shan Bang », en Yao « Cia Sen Pong ». Cette charte reconnaissait la minorité ethnolinguistique Yao et lui permettait, à condition de rester dans les montagnes, d’y cultiver la terre et d’y circuler librement, mais de ne pas descendre dans les plaines ni de se marier avec des Han. En échange de quoi les Yao n’auraient pas à payer d’impôts, à faire de corvées ni à être engagés dans les forces militaires de l’Empereur. Cette charte concernait une minorité et la reconnaissant comme telle, était à cette époque une chose assez unique et devint tout de suite un énorme soutien pour les Mien et les Mun. Cette charte fut ensuite remise à jour par divers empereurs, la dernière en 1261, à la fin de la dynastie des Sung du Sud. (A cette même époque, Philippe le Bel, en France, combattait le roi d’Angleterre…).

Il est certain que l’adhésion des Yao au Taoïsme, ajoutée aux ordonnances stipulées dans la charte de l’Empereur Ping, ont été les deux points majeurs de la cohésion et de la survie de cette minorité et de ses traditions.

Les Mien ont adoptés le Taoïsme (sous la forme de la secte dite « de Meishan », dans la Province du Hunan). Les Mun ont fait de même,  mais dans une version plus ancienne. Les Yao se sont retrouvés avec une forme idéale de gouvernement intérieur, leur donnant une structure avec des règles de vies précises, des directions philosophiques, le tout en harmonie avec la nature et ses éléments. Ceci convenait parfaitement aux Yao, scindés en divers sous-groupes, dispersés sur les divers versants des montagnes, émigrant au fil des ans vers d’autres provinces chinoises et plus tard, à cause de difficultés économiques ou politiques, vers d’autres pays comme le nord du Vietnam, du Laos et de la Thaïlande. La Thaïlande est le seul pays où les Mun ne s’établirent pas.

Le simple fait de l’éloignement de tous ces groupes et sous-groupes rendait impossible qu’un chef supérieur représente tous ces Yao et forme une sorte de gouvernement général pour cette minorité. Les Yao respectaient les règles établies par les gouvernements officiels des régions et pays où ils vivaient, mais dans certaines régions des difficulté s’élevèrent et des rébellions de Yao devinrent nombreuses. De cela résultèrent de grosses migrations échelonnées sur plusieurs siècles vers les autres pays pour certains d’entre eux.

Les Yao n’ont donc jamais eu de roi, d’empereur ou de chef principal, ce qui n’est pas le cas pour beaucoup d’autres minorités de ces régions.

Les Yao se sont retrouvés à leur grande satisfaction, avec comme unique chef celui du village, et avec les règles du Taoïsme comme direction et forme de gouvernement unifié, ceci pour tous les groupes, dans les divers pays ou régions. Cela leur a permis de conserver leurs traditions, coutumes ancestrales, histoire, jusqu’à nos jours et donc de survivre comme entité.


800 remi 83    800 remi 50    800 remu 37  

Le Taoïsme pratiqué par les Yao s’est « Yaoïsé » par l’adjonction de certains éléments de leur religion primitive antérieure, d’où un développement du culte des ancêtres.
Ce taoïsme est une religion et une philosophie, le Tao étant « La Voie ». Le Taoïsme n’est pas monothéiste.

Le taoïsme se décompose facilement en de nombreux « dieux », « responsables » de l’organisation du monde, divisée en plusieurs parties : les Cieux, la Terre, les Eaux et le Monde souterrain. Ceux-ci sont aussi représentés par des animaux mythiques comme le Dragon, le Tigre, la Grue, l’Unicorne, la Tortue par exemple. Tout ceci est organisé afin que cet univers fonctionne en harmonie, de même qu’avec les hommes. Le monde des Esprits est l’instrument de la communication avec tous ces éléments.

Le panthéon principal de ce Taoïsme repose sur une hiérarchie très définie et importante, de Dieux, Généraux, Maréchaux, Mandarins, Responsables. Certains de ces personnages ont d’ailleurs existé physiquement. Le Taoïsme a évolué au cours des siècles.

Les personnages les plus importants et les plus vénérés sont en premier  « Les Trois Purs » (« Fam Tsing » qui sont dans l’ordre : To Ta (Tao Te), l’aîné de ces 3 frères ; puis Leng Si ou Yeng Si (Yuan Shih), l’être supérieur ; enfin Leng Pu (Ling Pao). A cette même hauteur se trouvent aussi : les 3 primordiaux ou les 3 Origines, dits « San Kuan » ; ces 3 divinités sont Tsiou Kou, représentant les Cieux, T’ai Yi, représentant ce Monde et les Eaux, et enfin Tchou Ling Tsiou, représentant le monde Souterrain.

A leur suite, Nyut Hung (Hee Wang ou Yu Wang), l’empereur de Jade, personnage très important, empereur responsable des Cieux, auquel il faut ajouter Seng Tsiou, le Maître des Saints.

A leur suite, Nyut Hung (He Wang ou Yu Wang), l'empereur de Jade, personnage très important, empereur responsable des Cieux, auquel il faut ajouter Seng Tsiou, le Maître des Saints.

Viennent ensuite :
- Les gouverneurs des Eaux et de ce Monde, flanqués des gouverneurs du Ciel et du Monde Souterrain.
- Les Maîtres Célestes : Chang (Tsiang Tiu), patron saint du Taoïsme, Chang Dao Ling, il représente la forme « civile » du Taoïsme. puis son pendant Li (Lei Tin Sai) qui représente la forme militaire du Taoïsme. Ce militarisme n'a rien a voir avec les guerres entre humains, mais celles contre les esprits mauvais et néfaste.

- Hoi Fan, Maître de l’exorcisme, de la magie et maître des ordinations de prêtres.

- Les « San Yuan » ou les 3 Généraux : Shang Yuan, Chung Yuan et Hsia Yuan.

- T’ai Wai, l’officier protecteurs des Yao et ses acolytes Shang Yuan et Hsien Yuan.

- Ti Mou, la femme de l’empereur de Jade, elle-même impératrice de l’Ouest.

- Tio Niang Niang et Tio Niang Feng, 2 protectrices des enfants et de leur âme, ainsi que Quan Yin, autre protectrice plus générale.

- Les 7 Sœurs, représentant les 7 étoiles de la Grande Ourse

- Le Dieu du Sol et le Dieu du Foyer

- L’Officier comptable des Mérites

- Les quatre Messagers Célestes qui vont porter aux Cieux et à certains dieux invoqués les requêtes, de même que l’argent fictif pour les payer.

- Maréchal Chao (Tsio Yun Suey) le gardien de la foi et des autels, Maréchal Ma, Maréchal K’ang, Maréchal Hsin.

- Maréchal Tang (Teng), responsable du Tonnerre (et donc de la pluie, ceci étant important pour les récoltes).

- Le Tribunal des Enfers, avec ses 10 juges, qui vont déterminer par leurs jugements la destinées des âmes des défunts. C’est une chose très importante pour la préservation des âmes des défunts, car ils pourront rejoindre les ancêtres du clan, dans un repos éternel dans les grottes de Meishan, sans quoi ils continueront à évoluer dans les enfers.

800 69Enfin, sur terre est la hiérarchie des prêtres du Tao, lesquels jouent avec le chef de chaque village un rôle important dans la vie et la survie de la communauté. Ce sont eux qui exécutent toutes les cérémonies ou rituels, religieux ou civils, tels que le mariage.

800 70Les prêtres doivent conduire ces cérémonies grâce à leurs livres de rituels personnels qui sont écrit en caractères chinois, en dialecte cantonnais pour les Mien et en dialecte Fujian pour les Mun. Ces dialectes sont assez éloignés du mandarin classique.

Les Yao ont aussi intégré dans leur Taoïsme la légende de leur origine, c’est-à-dire le roi ou l’empereur P’an, le personnage qui est à l’origine de cette minorité. C’est-à-dire un chien au pelage à 5 couleurs.

La légende veut que ce chien vivait à la cour d’un empereur qui, en conflit avec un autre empereur, décida de l’éliminer et demanda à ses généraux de le faire. Personne ne se présenta. Aussi, le chien P'an décida de le faire lui-même et partit pour un long voyage, trouva cet empereur ennemi et fut admis à sa cour. Un jour il le tua, le décapita et revint avec se tête qu’il jeta aux pieds de son empereur. Ce dernier, enfin satisfait, lui donna en mariage une princesse, un territoire pour y vivre et le nomma roi P’an (nommé aussi Pieun Hung ou Pan Wang ou Pan Hung). Le roi P’an se transforma en être humain mais conserva sa queue de chien. Avec son épouse, ils eurent 12 enfants, 6 garçons et 6 filles, qui devinrent les géniteurs des 12 clans Yao.

Des cérémonies relatives au roi P’an (Pieun Hung) sont donc incluses dans le Taoïsme Yao, et des références lui sont faites dans certains rituels. De plus, pour beaucoup de groupes Mien, il est aussi le sauveur auquel il firent appel lors d’une migration importante faite en bateaux et qui les dirigea dans les sud de la province du Guangdong (Cantonnais).

Les Yao se conforment donc aux règles et coutumes de leur Taoïsme dans leur vie de tous les jours, et le fait de pouvoir avoir les moyens d’étudier le Taoïsme auprès d’un maître afin de devenir prêtre du Tao est une chose à laquelle beaucoup aspirent, que ce soit des Mien ou des Mun. La pratique de l’exorcisme et du chamanisme est une forme « d’art de guérir » qui est « annexe », dans un sens, à la prêtrise. Elle reste très importante afin de régler des problèmes humains ou des problèmes ayant trait à la nature elle-même, lorsque ceux-ci entravent la vie de la communauté.

YAO

  • An Image Slideshow
  • An Image Slideshow
  • An Image Slideshow
  • An Image Slideshow
  • An Image Slideshow
  • An Image Slideshow
  • An Image Slideshow
  • An Image Slideshow
  • An Image Slideshow
  • An Image Slideshow